Pierre, Paul, Jacques a dit…

03 - 10 - 2011

Ma Vie de Femme


Crédit Photo : Getty Images

La scène se passe dans un restaurant, tous les convives attablés sont vêtus de noirs et semblent « fêter » un triste évènement… Gros plan sur le bout de la tablée, lieu où se trouve les cousins/cousines…

-  Ne me dis pas que tu n’es pas au courant…Ça fait déjà un moment que je le sais moi, tu ne peux pas être passée à côté… Tu me diras, Mamie fait tout pour qu’on ne soit pas au courant, elle a apparemment toujours cherché à empêcher Papy de parler de ça, alors que peut-être ça lui aurait fait du bien… N’empêche que c’est difficile à croire !

- Mais de quoi me parles-tu ? Qu’y a-t-il de si dramatique ? Tu m’inquiètes…

- Alors en fait, tiens toi bien, c’est du lourd…

- Parleeuuuuuuuhhhhhhhhh !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

- Ok, mais ce n’est pas moi qui te l’ai dit, hein !!! Alors voilà, Papy n’est pas le fils de son père…

- Ah bon, c’est possible ça ?

- Attends, je t’explique : Il paraîtrait que la maman de Papy, avant d’avoir Papy était femme de ménage pour l’église, elle travaillait dans un presbytère, une bonne du curé quoi !!! Elle aurait apparemment fricoté d’un peu trop près avec son curé et voilà la graine était plantée…

- Non !!!!!!

- Si, si et pour ne pas que ça se sache, le fameux curé, il lui aurait trouvé un mari qui a élevé Papy comme son
fils… 
[...] Tu te rends compte
!

- Non pas vraiment, et puis c’est pas si grave que ça, Papy, ça reste Papy, il y est pour rien… Pourquoi ça gène tant Mamie
?

- Parce que tu ne connais pas le clou de cette histoire, je ne t’ai pas tout dit encore…

- Bon arrête de me faire languir, dis-moi tout une bonne fois pour toute !!!

- Hé bien ce curé, c’est le Chanoine Kyr !!!

(Gros blanc dans l’assemblée, comme si on attendait de ma part une réaction marquée…)

- Qui ???…

- LE CHANOINE KYR, celui qui faisait de la politique et qui a donné son nom au fameux apéritif !!! Nous sommes les descendants directs
du Chanoine Kyr.

- Ah… Et alors…

[...]

Voilà la conversation qui a eu lieu discrètement en bout de table, à l’abri des oreilles de ma grand-mère, en Août 2003, le jour de l’enterrement de mon grand-père… Aujourd’hui, ma grand-mère est décédée et a emmené avec elle la vérité sur ce secret, vérité qu’elle s’est acharnée à cacher de son vivant, simplement pour que mon Papy ne souffre pas des commérages… Un beau témoignage d’amour, ou pas… A présent, nous ne saurons jamais ce qui est vrai et ce qui est faux… Une de mes tantes en a énormément souffert, elle décrivait une sensation d’étouffement comme si le mensonge s’était accroché à tout son être pour la ronger… Aujourd’hui elle est décédée, elle aussi, d’un cancer du sein qu’elle n’a jamais voulu soigner, persuadée que la vérité seule serait rédemptrice, mais ça on ne le saura jamais non plus… Telle est l’histoire de ma famille, ou plutôt celle qui circule dans la petite ville de Bourgogne où ont grandit mes oncles et tantes et ma maman. Une histoire qui a beaucoup fait parler, qui a traumatisé une famille et qui ne sera jamais élucidée. Personnellement, je ne sais pas si il y a une once de vérité dans ces « on dit », cependant je sais que la vérité dévoilée aurait fait beaucoup de bien, plutôt que d’en faire un secret de Polichinelle. A mon idée, il y a du vrai sinon ma grand-mère n’aurait pas mis un tel acharnement à ne jamais dire mot concernant ces ragots. Mais de quoi avait-elle peur, Papy ne pouvait rien à son passé, il n’en était qu’un protagoniste malheureux. Je pense qu’il a du beaucoup souffrir de cette situation…

Pour ma participation aux Bavardages de Nanas de Maman Bavarde cette semaine, j’ai eu envie de partager avec vous ce petit bout de ma vie, qui fait l’histoire de ma famille et auquel je ne pense pas souvent, mais qui m’ébranle un peu chaque fois qu’il resurgit. J’aime les commérages, je ne suis jamais la dernière pour participer aux discussions de vieilles mégères médisantes surtout pendant la pause café au boulot… Mais, je n’oublie jamais que de pareilles discussions, sans importance à première vue, peuvent faire beaucoup de mal quand on en est la victime… Alors prenons garde à ne pas perdre de vue la vérité, et à ne pas trop extrapoler…

Bavardages de Nanas chez Maman Bavarde

Rendez-vous sur Hellocoton !

(0%) (0%)







Laisser un Commentaire