Plus que des mots…

26 - 08 - 2011

Ma Vie de Maman

Aujourd’hui, mon Petinours était d’humeur à crier, chanter, faire des vocalises tant et si bien que j’en ai attrapé un mal de crâne qui m’a quelque peu coupée du monde cybernétique pour l’après-midi. Mais un peu de repos, un comprimé de Paracétamol (douce molécule de mon coeur) plus tard, et me revoilà fraîche et dispose, prête à écrire pour les Vendredis Intellos. Avant de m’atteler à ma tâche, je consulte mes mails et que vois-je, un mail de Nestlé® sur la découverte du langage… Je m’empresse de le lire, ce qui a pour effet premier de me culpabiliser. Oui j’ai passé l’après-midi à supplier mon petit monstre de se taire, et à la lecture de cet article, je me rend compte que j’ai demandé à mon Bébé d’arrêter d’évoluer, d’apprendre, de découvrir… Bref, je me suis sentie sur le coup un peu bête, mais j’ai vite repris le dessus et j’ai décidé de me servir de cet article pour ma participation tardive à cette folle aventure que sont les Vendredis Intellos !!!

Je vous laisse découvrir un extrait de cet article :

De la naissance au babillage : nos enfants à la découverte du langage

Le bébé baigne dans un environnement linguistique avant de naître. Il entend beaucoup de voix, et plus particulièrement celle de sa mère, qui lui parvient de l’intérieur mais aussi par la paroi du ventre, comme celle des autres. Déjà, la parole n’est pas pour lui un continuum sonore semblable à d’autres, il en a une perception intelligente.[...]Lorsque le bébé naît, il n’est donc pas seulement familiarisé avec la voix maternelle (qu’il distingue d’autres voix de femmes au bout de 12h d’existence), mais bel et bien avec sa langue maternelle.
Le chemin vers le langage commence donc, dès avant la naissance, par la perception et la discrimination des sons de la langue. La première tâche des bébés, avant d’être capables de produire eux mêmes des sons, est d’écouter, avec une sensibilité extrême aux subtiles variations de la parole.

Source : De la naissance au babillage : nos enfants à la découverte du langage
Tribune Libre du site Nestlé

J’avais envie de partager avec vous cet apport sur l’importance du langage, de la langue, des voix dans nos relations avec nos petits bouts qu’ils soient encore au chaud dans nos bidons ou à l’aise dans leurs gigoteuses. Personnellement, je n’avais jamais envisagé toutes les implications que pouvaient avoir les mots que nous prononçons quotidiennement en présence de nos enfants. Depuis le début de ma grossesse, je parle à mon Petinours, je lui raconte mes journées, ce que je fais et ressens. Une fois né, j’ai continué encore et encore, parfois même engendrant quelques moqueries…  Plusieurs fois, on m’a fait remarquer qu’il ne pouvait pas comprendre ce que je lui racontais, mais je reste persuadée qu’il est rassuré de m’entendre lui expliquer chaque nouvelle chose de sa vie. Et je me refuse à lui parler « bébé », je lui parle normalement, avec juste quelques intonnations pour qu’il ressente mes émotions. Aujourd’hui, je suis bien contente d’avoir pris cette habitude quand je lis qu’en plus de l’avoir rassuré, je l’ai familiarisé avec sa langue maternelle.

J’avais envie de mettre en avant l’importance de la communication avec les touts petits, car j’ai toujours pensé qu’ils comprenaient tout à leur façon et à la lecture de cet article je me dis que j’avais raison et bien plus encore…  Maintenant, je dois prendre sur moi pour supporter les cris et autres vocalises de mon marmot, qui sont une étape cruciale de son éveil !!! Même si je dois m’assommer à coup de petites pilules blanches répondant au doux nom de Dafalgan®…

Et vous, avez vous mis en place une communication active, verbale avec votre tout petit ? Quand a-t-elle commencé, à sa naissance ou bien avant ?

 

Ce billet est ma participation au rendez-vous hebdomadaire deMadame Déjantée.

Rendez-vous sur Hellocoton !

(0%) (0%)







Laisser un Commentaire